Mot du Directeur National de la DNAT

M. Birama TANGARA, Directeur National de la DNAT.

Le Gouvernement du Mali en créant en 2000 une structure chargée des questions d’Aménagement du Territoire dans un contexte de décentralisation, a manifesté sa volonté de promouvoir un développement équilibré et durable du territoire national.
Pour atteindre cet objectif, il s’est doté d’une Politique Nationale d’Aménagement du Territoire en 2006 qui a été actualisée en 2016.
Cette Politique Nationale d’Aménagement du Territoire a pour vision: « Contribuer  à la consolidation de l’unité nationale, aux solidarités intra et inter-régionales et à l’intégration régionale et sous régionale. » et se fixe comme objectif général : « Un développement équilibré du territoire national alliant le progrès social, l’efficacité économique et la protection de l’environnement. » 
Elle doit permettre au Mali de faire efficacement face aux défis suivants :

  • le défi de la régionalisation, de la construction des territoires et de leur cohérence avec les secteurs ;
  • le défi de la prospective, de l’anticipation et de la veille territoriale ;
  • le défi de la transition démographique, de l’urbanisation et de la gestion foncière ;
  • le défi du développement territorial cohérent, équilibré et durable ;
  • le défi de l’intégration sous – régionale et régionale.

Dans le cadre de la mise en œuvre de la Politique Nationale d’Aménagement du Territoire, des actions importantes ont été réalisées ou sont en cours de réalisation. Il s’agit :

  • de l’adoption de la Loi d’Orientation pour l’Aménagement du Territoire qui permet de définir le cadre législatif et réglementaire de l’Aménagement du Territoire ;
  • du lancement du processus d’élaboration du Schéma National d’Aménagement du Territoire ;
  • la réalisation de l’étude sur le mécanisme de financement de l’Aménagement du Territoire
  • de l’appui des collectivités dans l’élaboration et la mise en œuvre de leurs outils de planification spatiale ;
  • du démarrage du processus de mise en place d’un Système d’Information Géographique.

Ces actions doivent être poursuivies par :

  • la dotation de toutes nos collectivités d’outils de planification spatiale ;
  • le suivi et l’évaluation de la mise en œuvre de ces outils ;
  • la veille prospective.

L’aménagement du territoire n’est pas l’affaire de l’Etat ou des collectivités seulement, il est l’affaire de nous tous, d’où l’implication de l’ensemble des citoyens  pour faire de ce domaine une réussite au grand bonheur du peuple malien.